Baromètre Achats Responsables 2021 : 57% des entreprises désignent leur démarche Achats Responsables comme une priorité

#Achats Responsables , #blog , #rse

Le baromètre annuel de l'Observatoire des Achats Responsables repose sur un sondage effectué entre novembre et décembre 2020. 316 organisations ont répondu (55% du secteur privé et 39% issues du secteur public).

73% des répondants sont issus de la fonction achats et 27 % des répondants sont issus de la Direction RSE ou de la direction de l’entreprise (notamment pour les PME).

77% des organisations ayant répondu ont mis en place une stratégie Achats Responsables dont 21% depuis moins de 2 ans. « Ce dernier chiffre conforte la tendance observée depuis plusieurs années, montrant que la démarche des Achats Responsables se déploie dans de plus en plus d’organisations, malgré ou grâce au contexte particulier de l’année 2020 », selon Pierre Pelouzet, Président de l’ObsAR.

Les achats responsables offrent un cadre d’action qui répond aux enjeux de résilience

Si les raisons principales invoquées pour déployer les achats responsables restent similaires aux années précédentes (mise en conformité et contribution aux engagements RSE de l’organisation, sujets prioritaires pour plus du tiers des répondants), on note que la maitrise des risques et l’amélioration de la relation avec les fournisseurs sont considérées d’égale priorité par 23% des répondants.

« Le risque et la conformité ne sont plus seuls en tête des motivations pour mettre en œuvre une approche plus responsables des Achats. La relation fournisseur est un enjeu primordial dans le contexte actuel, pour les donneurs d’ordre comme pour les fournisseurs eux-mêmes » note Fanny Bénard, Vice-Présidente de l’ObsAR.

Des actions de soutien ont été mises en place avec les fournisseurs pour faire face aux difficultés liées à la pandémie de COVID-19 lors du premier confinement : 55% des répondants toutes catégories ont prolongé les contrats et 56% ont accordé des avances de trésorerie ou raccourci les délais de paiement vis-à-vis de leurs fournisseurs.

D’ailleurs, la mise en place de délais de paiement inferieurs à 30j en 2020 sont en hausse par rapport à l’an passé (+6%) pour atteindre 25% des répondants.

La responsabilité sociale (conditions de travail, droits de l’homme et la diversité) et la protection de l’environnement sont toujours 2 composantes fondamentales des achats responsables pour toutes les organisations (public, privé, grandes entreprises, PME) et sont rejointes sur le podium par la lutte contre la corruption pour les grandes entreprises, la maitrise durable des coûts pour les PME et l’accès des PME aux marchés pour le secteur public.

On y voit un lien direct avec l’actualité réglementaire (lois Sapin 2, transition énergétique, anti-gaspillage et économie circulaire) et la crise économique de 2020.

Des actions achats responsables qui doivent s’étendre, se formaliser et prouver leur performance. Pour cela le référentiel de la norme Iso 20400 s’affirme.

Globalement, les organisations identifient les enjeux RSE liés à leurs achats, mais la formalisation de ces enjeux est globalement insuffisante et marquée par une forte différence entre organisations, par exemple : autour de la cartographie des risques (33% pour les PME contre 70% pour les grandes entreprises) et des engagements publics et chiffrés ( 31% PME contre 62% pour les grandes entreprises). « Or cette formalisation est nécessaire pour mieux adresser les enjeux (qu’ils soient des risques ou des opportunités) », précise Fanny Bénard.

La loi sur le devoir de vigilance est un sujet connu pour les Grandes Entreprises, ce qui ouvre la porte à la mise en oeuvre des actions attendues par la loi. « Toutefois, parmi les répondants avec cartographie des risques en place, près de 60% ont une cartographie sur une seule dimension, ce qui rend la démarche insuffisamment robuste au regard de la norme et des exigences de la loi sur le devoir de vigilance. » précise Bruno Frel, administrateur de l’ObsAR.

La norme ISO 20400, dont l’ObsAR a été partie prenante et qui fêtera cette année ses 4 ans d’existence, est connue par 57% des répondants. La norme remplit sa fonction de guide de recommandations sur les achats responsables puisqu’elle inspire et est largement utilisée pour se préparer au Label Relations Fournisseurs et Achats Responsables pour 50% des répondants (public et grandes entreprises). « Ce qui est important dans une norme internationale, c’est qu’elle représente un langage commun pour toutes les parties prenantes de la supply chain dans le monde entier et c’est par ce langage commun que nous pourrons faciliter la mise en place de démarches plus responsables pour l’ensemble de la communauté des acheteurs » précise Annie Sorel.

Les indicateurs liés à la démarche Achats Responsables sont plutôt qualitatifs (>70%), notamment pour les PME et ETI et sont majoritairement quantitatifs (65%) notamment dans les grandes entreprises, le secteur public et l’industrie. Globalement, les répondants considèrent que les indicateurs permettent de rendre compte de la performance de la démarche Achats Responsables (75% « oui » ou « en partie »), mais le sujet reste à perfectionner si on souhaite démontrer pleinement la valeur ajoutée des Achats Responsables.

« La capacité à mesurer la performance des Achats Responsables est de nouveau le premier frein » rappelle Pierre Pelouzet.

On retrouve d’ailleurs encore les mêmes difficultés à travailler en « coût du cycle de vie ». « C’est un élément stratégique de la norme ISO 20400 mais pas du tout mâture pour l’instant. » confirme Annie Sorel. Même si on ne raisonne qu’en TCO, les coûts de fin de vie n’arrivent qu’en 5ème position (15% des répondants les prennent en compte systématiquement) et c’est une vraie problématique. Tendance encourageante : 44% des acheteurs issus des grandes entreprises chiffrent mieux leur contribution à la création de valeur globale pour leur organisation, ce qui confirme qu’acheter responsable ne coûte pas plus cher.

Source : Communiqué de presse ObsAR 30 – www.obsar.asso.fr


Si vous souhaitez télécharger un modèle de Charte d'Achats Responsables éditable (offerte en format InDesign), écrivez-nous.